jeudi 24 mai 2012

TUIGA (D 3)

                        
 Type : Cotre à corne
Gréement : mât en 1 seule partie ; une voile à corne, un flèche(un grand ou un petit) ; grand-voile portant le numéro D3. 2 focs, une trinquette ; spis de différentes dimensions.

Matériaux : Charpente en acier ; bordés (acajou) et pont (teck) en bois ; quille en plomb ; mât en bois.
Date et lieu de lancement : 1909, au chantier Fife de Fairlie, en Écosse
Autres noms : plusieurs noms ; Kismet, entre autres.
Utilisation initiale : yacht italien
Dernière nationalité connue : monégasque
Dernier port d'attache connu : Monaco

Dernière utilisation connue : yacht ; voilier - amiral du Yacht-Club de Monaco (YCM)



Signification du nom : Tuiga est le nom de la girafe, en Swahili (langue répandue en Afrique centrale et orientale : Kenya, Ouganda, etc) ; c'est aussi une coiffure traditionnelle des jeunes filles nobles des îles Samoa.



Longueur hors-tout : 28,7 m
Longueur de la coque : 23,2 m
Longueur à la flottaison : 15,7 m

Largeur maximale : 4,2 m
Tirant d'eau maximal : 2,9 m

Tirant d'air : m

 Déplacement : 39 t.
 Surface maxi de voilure : 370 m² au près


État :  restauré, bien entretenu.

 
Avant : étrave très élancée, convexe ; bout-dehors. Dragon de Fife dessiné de chaque côté de l'étrave. 



 Arrière : voûte très élancée. barre en bois.






Coque : blanche.

 
Superstructures : très discrètes : roufs bas, claire-voies...

   Tuiga a été construit par les chantiers de Fairlie, en 1909, soit un an après Mariska, selon la jauge 15 m JI . cette jauge est peu représentée de nos jours ; Tuiga a cependant trois frères quasiment identiques : Hispania, yacht lancé à la même époque pour le Roi d'Espagne Alphonse XIII ; et également Mariska et The Lady Anne.
     Le voilier a été construit pour un aristocrate italien, ami du Roi d'Espagne, le Duc de Medinaceli ; il avait les mêmes caractéristiques que le yacht royal, et le Duc n'était sans doute pas plus mauvais marin que le Roi. Il n'a pourtant jamais battu Hispania et terminait toujours deuxième quand le yacht royal participait à la régate, allez savoir pourquoi....
      Après avoir maintes fois changé de propriétaire, de pays, de nom et aussi de gréement, le yacht a été abandonné. Retrouvé à Chypre, il a été acquis par la Principauté de Monaco (qui avait possédé autrefois Moonbeam of Fife, le voilier du voyage de noces du Prince Rainier et de la Princesse Grace). Le Prince Albert l'a fait remettre en état par Fairlie Restorations, chantier anglais spécialisé dans la restauration des voiliers construits par William Fife.
       Tuiga est le plus beau voilier du Yacht Club de Monaco, dont le président est SAS le prince Albert II lui-même. Outre le prince, des skippers célèbres ont aimé barrer ce magnifique yacht de régate, comme Paul Cayard ou Dennis Conner. Éric Tabarly aimait également barrer ce bateau, qui est venu à Benodet célébrer les 100 ans de Pen-Duick ; il le considérait comme le plus beau voilier existant, mais aurait peut-être un avis plus nuancé aujourd'hui, car de magnifiques unités ont été restaurées ou construites comme répliques, depuis la disparition du grand navigateur : Hispania (ESP 1), Mariska (D 1) et The Lady Anne (D 10) ne peuvent être  distingués de Tuiga que par leur numéro de voile et par de menus détails. Mariquita (C 1) a exactement la même silhouette, mais est plus grand. Et puis, il y a aussi les deux Moonbeam, les goélettes Eleonora, Elena et Mariette, etc...
    Tuiga navigue surtout en Méditerranée, où il participe régulièrement aux régates classiques, mais vient parfois en Atlantique ; outre sa présence aux 100 de Pen Duick à Benodet, on a pu l'admirer à l'Armada de Rouen en 2008, et il a également participé aux régates de Cowes, dans le Solent.


 


























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire