vendredi 30 août 2013

BONA FIDE (54)

Type : Cotre à corne.


Gréement : 1 mât en 1 seule  partie  ;  une grand- voile à corne, un flèche ; 2  focs, une trinquette ; voiles blanches. N° de voile : 54

Matériaux : coque et  pont en bois (acajou)
Date et lieu de lancement : 1899 ; construit à Cowes par  l'architecte anglais Charles Sibbick selon la jauge cinq tonneaux Godinet  ; restauré en 2002 en Italie.
Autres noms  : aucun
Utilisation initiale : voilier de régate.
Dernière nationalité connue : italienne
Port d'attache :San Remo
Utilisation : Voilier de promenade et de régate 
Signification du nom : Bona Fide, en latin, signifie bonne foi. Le premier propriétaire avait déjà un yacht, plus grand (25 m), nommé Bona
   
Longueur hors-tout :   16,1 m
Longueur de la coque : 13,6 m
Longueur à la flottaison : 8,8 m 
Largeur maximale :  2,57 m
Tirant d'eau maximal : 1,85 m
Tirant d'air :
Déplacement : 11,4 t.
Surface maxi de voilure :  144
État : complètement restauré, bien entretenu
Avant : étrave convexe ; très élancée.
Arrière : voûte très élancée, tableau.  
Coque : blanche. 

Superstructures : aucune ; cockpit central.

  Bona Fide a été construit en 1899 au chantier Sibbick, à Cowes (Angleterre), selon  la jauge 5 tonneaux Godinet. Il a été champion Olympique en 1900. A partir de 1915, il a navigué irrégulièrement (notamment sur le lac de Côme, sous gréement bermudien). Souvent modifié, le bateau a été retrouvé, en piteux état, dans un hangar au bord du lac de Côme. Magnifiquement restauré, il appartient à Beppe Zaoli, célèbre maître-voilier de San Remo. Il participe aux régates classiques en Méditerranée et se montre très performant. A notre connaissance, il n'a pas encore participé à des rassemblements en Atlantique ni en Manche.
  Pour plus de détails, voyez le Chasse-Marée n°244 (septembre 2012)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire