jeudi 4 décembre 2014

ALCYON

Type : Cotre houari.
Alcyon en régate avec Silhouette (H8; plan Fife 8 m CR) (Voiles de St Tropez 2014)

Gréement : 1 mât en 1 seule  partie ; une grand-voile à corne presque verticale (houari) ; un foc à enrouleur.
Alcyon au départ de Cannes, voiles ferlées


Matériaux : coque et  pont en bois (coque en red cedar) , espars en bois (épicéa du Jura) 
Date et lieu de lancement : 2013 à Marseille, par le chantier Scotto  ; dessiné par Gilles Vaton d'après des photos du bateau original, construit en 1871 au chantier marseillais Audibert.

Autres noms  : aucun
Utilisation initiale : yacht
Dernière nationalité connue : française
Port d'attache : Marseille.
Utilisation : Voilier de promenade et de régate privé.
 
Signification du nom : Alcyon est le nom donné par les Grecs anciens à un oiseau légendaire, porteur de paix, qui construisait son nid sur la mer, mais uniquement sur une mer calme. On l'assimile à différents oiseaux, dont aucun ne construit en fait son nid sur l'eau (sauf, parfois, le cygne ; ce dernier le représente d'ailleurs en héraldique). Les autres sont le martin-pêcheur, la mouette, l'hirondelle de mer, le pétrel, etc... 
   Plusieurs navires de guerre ont porté ce nom, et actuellement un remorqueur de haute mer s'appelle ainsi. 

Longueur hors-tout :  21,5 m
Longueur de la coque : 9,4 m
Longueur à la flottaison : 8 m 
Largeur maximale :  3,6 m
Tirant d'eau maximal : 1,8 m
Tirant d'air :  m
Déplacement : 4,5 t.
Surface maxi de voilure : 150 m² 

État : neuf
Avant : étrave verticale ; très long bout-dehors, pivotant pour être redressé lors des  manœuvres portuaires. 
Arrière : voûte très élancée, arrondie ; pas de bout-dehors, mais le gui dépasse très largement l'arrière ; barre franche.
Le pont, large et dégagé, d'Alcyon

Coque : blanche, liston verni

Superstructures :  long rouf bas, vernis avec 2 hublots sur chaque bord.

   Alcyon a été construit à Marseille et baptisé le 17 avril 2013 ; il s'inspire largement d'un yacht de régate, également construit à Marseille en 1871, qui gagnait toutes les régates auxquelles il participait. A l'époque, les courses de houaris marseillais étaient annulées si le vent dépassait 12 nœuds, et pourtant les chavirages n'étaient pas rares ; les équipages embarquaient des sacs de sable qu'il fallait "matosser" (changer de côté, lors des virements de bord) comme sur les sandbaggers américains : voir Ten Years After). Mais Alcyon dispose de plusieurs améliorations, comme le cockpit autovideur ; la grand-voile possède 2 ris et le foc peut être remplacé par un autre, plus petit et amuré sur un bout-dehors plus court (gare aux vagues, avec celui de 7 mètres). des voiles plus "discrètes" sont prévues pour le convoyage dans la brise. Le mât est relativement court, mais la corne houari le rallonge considérablement (la forme générale de la voilure rappelle une voilure bermudienne, avec la grand-voile triangulaire).
La silhouette caractéristique d'Alcyon
     La voilure a des proportions inhabituelles, plus longue que haute à l'inverse de ce qu'on voit généralement (aussi bien sur les voiliers à corne que sur les voiliers bermudiens) Les voiles ont été créées par le maître-voilier italien Bepe Zaoli, propriétaire du yacht Bona Fide.
  Les yachts houaris de l'époque on totalement disparu et il ne restait même pas de plans lorsque la décision de construire une réplique d'Alcyon  a été décidée ; mais des photos et des peintures d'époque  ont permis de réaliser une réplique fidèle  (les peintres, notamment les impressionnistes, étaient souvent amateurs de voiliers et parfois des constructeurs, comme Gustave Caillebotte.)
   Alcyon a participé pour la première fois en 2014  aux régates en Méditerranée (Monaco, Cannes, St Tropez, et bien sûr, Marseille.)

 Le Chasse-Marée a consacré un article à Alcyon dans son numéro 261 d'août 2014. Vous y trouverez davantage de renseignements sur cet étonnant voilier et sur ces ancêtres de la 2 ème moitié du XIXème siècle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire