mardi 23 avril 2013

BABAR


Type : Cotre à corne.
 
Gréement : Mât en 1 seule partie (à pible) ;Grand- voile à corne ; un foc, une trinquette. GV et foc marron, flèche et trinquette bleus.
Matériaux : coque  (chêne) et  pont en bois  ; mât en bois.
Date et lieu de lancement : 10 mai 1981 au chantier du Guip à l'île aux Moines (dessiné par François Vivier) 
Autres noms  : Soir du 10 mai 1981 , Tal Coet , Babar  ; 4 propriétaires ont navigué avec ce bateau avant Pierre Raffin-Caboisse.
Utilisation initiale : bateau de plaisance, réplique d'un langoustier de Bretagne sud.
Dernière nationalité connue : française.
Port d'attache : Noirmoutier.
Future utilisation : Voilier de croisière privé.
Signification du nom : Babar : c'est le nom d'un éléphant très célèbre dans la littérature enfantine. C'était le surnom du père d'Éric Tabarly ; ce nom a été conservé pour cette raison par Pierre Raffin-Caboisse, mais c'était au départ le surnom (affectueux, parait-il...) de la femme du troisième propriétaire, M. Schneider. Tal Coet, le second nom (pendant peu de temps) signifie, en breton, front de bois. Quant au 10 mai 1981, c'était la date de mise à l'eau du bateau, mais aussi une date célèbre de l'histoire de France : l'élection de François Miterrand à la présidence de la République. Hasard ou pas ?
     
Longueur hors-tout :  15 m
Longueur de la coque : 9,8 m
Longueur à la flottaison : 8,95 m 
Largeur maximale : 3,4 m
Tirant d'eau maximal : 1,65 m
Tirant d'air : 13 m
Déplacement :  10 t.
Surface maxi de voilure :  53 m² 

État : restauré, régulièrement entretenu.
Avant : étrave peu inclinée ; bout-dehors. Un petit éléphant, portant une hermine sur l'oreille et une autre sur la selle, est dessiné de chaque côté de l'étrave. 


Arrière : à tableau.
Coque : blanche, pavois bleu.
Superstructures : rouf  bas.

  Babar  présente certaines similitudes avec Kurun, le bateau de Jacques-Yves Le Toumelin (1920 - 2009) Comme lui, il a effectué avec son propriétaire, Pierre Raffin-Caboisse (artiste-peintre), un tour du Monde  ; parti en 1999 sur les traces de Kurun, il est revenu en 2002.
   Cependant, il n'a pas été construit pour lui ; Pierre Raffin-Caboisse l'a racheté en 1994, après avoir attendu plusieurs années qu'il soit mis en vente.
  Un nouveau voyage sur les traces de La Pérouse, a failli mal se terminer : A l'ouest de la Bretagne, par mauvais temps, Babar a été bousculé par un cargo, qui ne s'est pas arrêté, comme c'est souvent le cas, hélas. Le navigateur a réussi a ramener en France son bateau blessé (principalement au-dessus de la flottaison, heureusement). De grosses réparations ont été nécessaires, mais Babar est de nouveau comme neuf, et fréquente les rassemblements de voiliers traditionnels. On l'a notamment vu aux premiers rassemblements de Douarnenez, à Brest, à l'Armada de Rouen, aux semaines du Golfe du Morbihan 2011 et  2013.Il sera à nouveau à la Semaine du Golfe en 2015.







   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire