mercredi 6 avril 2011

V ILONA MAY

Type : Cotre à corne









Gréement : mât en 1 seule  partie (à pible) ;  une grand- voile à corne, un flèche ;  un foc, une trinquette.
 


Matériaux : coque et  pont en bois  ; mât en bois.
Date et lieu de lancement :  1898 à Looe, en Cornouailles britannique.
Autres noms  : Muriel
Utilisation initiale :  lougre de pêche
Dernière nationalité connue : britannique
Dernier port d'attache connu : Polperro (?)
Dernière utilisation connue : Voilier de promenade et de croisière privé.

Signification du nom : Vilona May : les  prénoms des 2 filles du second propriétaire. Le patron qui a fait construire le bateau l'avait appelé Muriel, selon le prénom de sa fille.


Longueur hors-tout :   m
Longueur de la coque : 8,8 m
Longueur à la flottaison : m 
Largeur maximale :  m
Tirant d'eau maximal :  m
Tirant d'air : m
Déplacement :  t.
Surface maxi de voilure :   m² 

État : plusieurs fois restauré, entretenu régulièrement
Avant : étrave verticale ; bout-dehors. immatriculation FY 20 en  blanc sur le pavois noir (FY pour Fowey).
 

Arrière : tableau presque vertical.
 
 
Coque : jaune, pavois noir. 

Superstructures : très discrètes.
     Vilona May  a une coque comparable à celle des lougres de Cornouailles britannique (Cornish lugger). Mais, contrairement aux autres bateaux de ce type, plus grands, il a un seul mât et est gréé avec une voile à corne. Il est plus que centenaire, puisque son lancement date de 1898. Il a pratiqué la pêche, au départ de Looe, puis de Polperro, jusqu'en 1950, puis a été convrti en yacht. Bien entretenu, plusieurs fois restauré , c'est un bateau capable de grandes traversées malgré sa petite taille : il a traversé l'Atlantique, jusqu'aux Antilles,  et est même allé au Groenland, ce qui ne peut guère se faire sans rencontrer du très gros temps. Il est même allé en Australie.
       Vilona May était présent à Brest et à Douarnenez en 2008. Il était en vente lors des régates de Looe de 2007 et serait actuellement basé en Espagne. Un petit bateau qui n'a rien d'un "reste-à-terre"!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire